Message de la FMDH à l’occasion de la fête nationale du 28 octobre

Que le « Non » historique prononcé par la Grèce le 28 octobre 1940 inspire aujourd’hui tous les peuples et les gouvernements

La Fondation Marangopoulos pour les Droits de l’Homme (FMDH) invite tous les Grecs et toutes les Grecques ainsi que tous les Européens défenseurs de la liberté et de la démocratie à réfléchir, dans un moment de crise non seulement pour notre pays mais aussi pour l’ensemble de l’Europe, à l’immense responsabilité historique que notre peuple a courageusement assumée le 28 octobre 1940, en répondant clairement et sans hésitation « Non » à l’ultimatum italien de se soumettre totalement et de rejoindre les forces fascistes de l’« Axe ». Cette prise de responsabilité disproportionnée par rapport aux ressources matérielles de la Nation, a conduit à la victoire contre l’agresseur italien et à la Résistance Nationale à la fois héroïque et décisive pour l’issue de la Seconde Guerre Mondiale.Il convient de rappeler que la Seconde Guerre Mondiale avait commencé l’année précédente, en septembre 1939, avec l’invasion et l’occupation militaire simultanées de la Pologne par les deux régimes totalitaires de l’Allemagne et de l’Union soviétique collaborant entre eux – conformément au Pacte germano-soviétique Ribbentrop-Molotov du 23 août de cette année-là –.

A juste titre, grâce à la Résistance, la « petite » Grèce et le peuple grec se sont établis dans l’histoire et la conscience de toutes les Nations en tant que défenseurs louables de la Liberté, de la Démocratie et des Droits de l’Homme. Que, aujourd’hui, ce « Non » du 28 octobre 1940 soit une source d’inspiration pour les peuples et les hommes et femmes politiques, en Grèce et en Europe, dans nos efforts de résoudre, unis tous ensemble, vigoureusement et dans le respect absolu des principes et des valeurs universels, les problèmes très importants auxquels nous faisons face, dont les plus importants sont ceux de la paupérisation croissante des citoyens et des pays et l’énorme vague d’immigrés et de réfugiés, encouragée par la Turquie et désormais incontrôlable.

Athènes, le 28 octobre 2015